Petit manuel de savoir vivre pour ne pas rater votre enterrement

Il n’est pas difficile de mourir puisque tout le monde y arrive. Mais avouons le, la plupart des enterrements ne valent pas tripette. Si vous avez le bon goût de ne pas choisir la mort subite ou une mise en bière à la sauvette, vous devriez trouver dans ce petit guide toutes les astuces nécessaires pour bien profiter de ce grand moment qui vous met définitivement à l’honneur. On ne meurt qu’une fois alors profitons-en et évitons les faux pas.

1.

Environ une semaine avant votre déménagement au boulevard des allongés, n’oubliez pas de prévoir un moment festif entouré de vos meilleurs amis (s’il vous en reste) ou de quelques joyeux lurons d’aventure qui sauront célébrer dignement votre « enterrement de vie ». Vous pourrez ainsi déambuler en musique dans les rues de votre ville ou de votre village et faire une quête auprès des passants afin d’ajouter à votre dernière demeure quelques charmantes décorations. De nombreuses personnes choisissent de se déguiser à cette occasion et c’est fort légitime. Tout vous est permis. C’est votre instant de gloire, soyez fou ! Nous vous conseillons malgré tout d’éviter les costume de saint Denis ou de Marie Antoinette un 17 octobre, qui vous encombreront les mains et risqueraient d’effrayer les âmes sensibles.

Ayez soin de ne pas choisir de fêter votre enterrement de vie une semaine de Toussaint. Organiser une quête à cette période, c’est prendre le risque de vous retrouver avec une pierre tombale ornée d’une mosaïque de caramels mous et de fraises Tagada. Vous avez attendu de longues années avant de vous décider à manger la salade par le trognon, vous n’êtes plus à une semaine près.

2.

Afin de vivre votre inhumation avec style, vous n’oublierez pas de soigner votre mise pour le jour J. Un trépassé inélégant risquerait de gâcher la fête pour de bon.
Monsieur, vous choisirez une mise classique mais de bonne facture (ce sont vos héritiers qui la paieront de toute façon), un vêtement qui vous fera un long usage et dont vous ne risquerez pas de vous lasser trop vite.
Madame, évitez les tenues trop courtes et choisissez plutôt une robe de mi-saison que vous pourrez porter sans regrets éternels quel que soit le temps.
Quant au choix des couleurs, n’oubliez pas que votre tenue devra être assortie avec le costard en bois que vous aurez sélectionné.

S’il vous reste quelques poils, pensez à faire un grand saut chez un coiffeur ou un barbier, voire même dans un salon de manucure. Choisissez précautionneusement votre vernis à ongles, il sera permanent.

3.

Il ne vous reste plus alors qu’à claboter tranquillement avant la date choisie pour les obsèques.

4.

Voilà enfin venu le jour de rendre le cimetière bossu.

Il est impératif de ne pas être en retard : c’est une faute de goût qu’on pourrait vous reprocher longtemps.

Peut être aurez vous les faveurs d’une bénédiction religieuse. Il est alors fort probable qu’on vous propose de vous installer à la droite de Dieu. Si c’est le cas, n’hésitez pas et dites oui. De toute façon c’est la place du mort.
Sauf s’il s’agit d’une cérémonie anglicane.

Le moment le plus amusant sera certainement celui de la mise en terre à proprement parler. Malgré le comique de la situation, n’essayez pas de ressortir tant que le public est présent. Certains croient dur comme fer à la mort et vous risqueriez de causer un incident. Ce n’est pas non plus le moment de prononcer des paroles définitives, pour la même raison. Par contre écoutez attentivement ce qui se dira autour de vous à ce moment là, c’est toujours surprenant.

5.

Cette journée pendant laquelle on vous rendra les derniers honneurs se clôture généralement par un moment festif autour de quelques mets et de quelques bouteilles. Les carottes cuites et le cocktail « Mort dans l’après midi » sont déconseillés, même si vous êtes un grand admirateur d’Hemingway.

N’hésitez pas à vous mêler aux convives, normalement vous connaissez tout le monde. Sauf peut être le dernier rejeton du petit cousin de votre grand-oncle maternel. Vous pourriez d’ailleurs être surpris par la présence de certains invités : amants parjures, maîtresses de votre regretté mari, associés véreux et amis déloyaux seront sans nul doute présents afin de vérifier que vous avez bien avalé votre bulletin de naissance.

Pour d’évidentes raisons de bienséance, essayez de ne pas finir ivre mort et évitez les remarques du genre « C’est Roger là-bas ? Mon Dieu, plus con que lui tu meurs ! » ou « C’est moi ou y’a une ambiance de mort ici ? » qui pourraient être mal comprises par votre entourage. De même, si vous trinquez, ne proposez pas « un petit dernier pour la route ». Au moment du départ des convives, épargnez leur un «on se revoit bientôt !» qui pourrait être mal perçu.
Même si vous le pensez vraiment.

6.

Nous espérons que ces quelques conseils pourront vous être utiles quand vous épouserez la Camarde, afin de faire de votre trépas un moment inoubliable, tant pour vos plus ou moins proches que pour vous.

Nous vous souhaitons donc une excellente disparition et si votre enterrement vous angoisse, dites vous bien que ce sera la meilleure occasion posthume de faire parler de vous.

JOYEUSE MORT À TOUS !

 

Pour ce texte, j’ai commis quelques emprunts. À celui qui me l’a inspiré et qui se reconnaîtra, à Léo Campion, honorable pataphysicien devant l’Éternel-s’il-existe, et à Michel Galabru.

2 commentaires sur “Petit manuel de savoir vivre pour ne pas rater votre enterrement

Ajouter un commentaire

  1. Excellent ! Si c’est de la bonne graine, le mort repousse dans l’année, et pour éviter qu’il monte à graine, il est préférable d’éviter d’être la mise en terre à lune montante. Un conseil ! Profitez, à l’occasion des feux de la Saint Jean, d’une crémation un 24 juin. A une époque d’économie comme la nôtre, il s’agit de gérer nos adieux à la vie en faisant feux de tout bois !
    Un grand merci pour cette joyeuse mort, qui représente l’idéal de la mort à mes yeux !
    Joli texte.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :